logo mes_0.png

facebook.png      twitter.png      rss.png      youtube.png

De BAMAKO, ELMOSSALLI attire l’attention sur l’intérêt qu’il y a lieu d’accorder aux écoles et aux universités, en leur qualité d’usines de savoir et d’incubateurs pour l’Homme .

A l’ouverture de la 8ème Conférence Islamique des Ministres de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, qui a eu lieu le lundi 14 novembre 2016 à BAMAKO (République du Mali), la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Formation des Cadres par Intérim, Mme Jamila ELMOSSALLI, a avancé que « les universités sont appelées à relever le défi de la qualité de l’offre de formation et de la valorisation de la recherche scientifique », ce qui suppose, ajoute Mme la Ministre « la multiplication des efforts et l’intensification de la coopération entre les organes de l’ISESCO et les ministères de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans le monde islamique en vue de promouvoir la qualité de l’enseignement supérieur universitaire et lui permettre de se positionner à l’international. Elle a également mis l’accent sur la nécessité de la reconnaissance mutuelle des diplômes délivrés par les universités du monde islamique.

A cette occasion, Mme la Ministre a attiré l’attention sur l’intérêt qu’il y a lieu d’accorder aux écoles et aux universités, en leur qualité d’usines de savoir et d’incubateurs pour l’Homme, ainsi que sur l’amélioration du climat de l’innovation (entreprenariat, lois cadres..) dans le cadre d’une stratégie globale et intégrée de l’innovation, en sus de la qualification des systèmes d’éducation et de formation en vue d’être en mesure de doter les étudiants des compétences stratégiques et méthodologiques permettant le développement de l’esprit critique, de l’apprentissage, du renouveau continu du savoir, ainsi que des capacités de recherche scientifique et d’innovation.

 Sur un autre registre, Mme la Ministre, en sa qualité de Présidente de la 7ème Conférence Islamique des Ministres de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a appelé à redoubler d’efforts en vue de l’élaboration d’une stratégie claire et de plans d’action concrets permettant d’atteindre le rang des  universités de renom  au niveau international, et de faire de la recherche scientifique et de l’innovation une locomotive de développement global et durable dans le monde islamique. C’est ainsi que Mme la Ministre a tenu à saluer le projet de création de l’Observatoire  Islamique de la Science, de la Technologie et de l’Innovation et le projet de mise en place du Réseau Islamique des Femmes Scientifiques (RIFS) au sein de l’ISESCO pour la promotion de l’action des femmes dans le domaine de la science et de la technologie. De même, elle a souligné l’importance du projet de création d’une plateforme intégrée pour le renforcement de l’assurance qualité, des échanges et de la coopération entre les universités islamiques dans le but de favoriser la complémentarité, la coordination et le rapprochement dans l’exécution des différents programmes.

Par ailleurs, Mme la Ministre a souligné que la Conférence Islamique des Ministres de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, organisée sous le Haut Patronage de Son Excellence M. Ibrahim BOUBACAR KEITA, Président de la République du Mali, se veut une occasion pour l’examen de la réalité de l’enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique dans les pays islamiques et de partager les expériences réussies dans le but de prendre des décisions adaptées pour la promotion de ce secteur, rappelant, à ce sujet, que la 7ème Conférence, organisée sous le Haut Patronage de S.M le ROI Mohammed VI à Rabat, a connu la participation de tous les pays membres qui se sont accordés sur un ensemble de projets et d’initiatives visant le développement des universités du monde islamique.

Parmi les projets lancés, Mme la Ministre a rappelé, entre autres, le Projet Atlas de la Science et de l’Innovation du Monde Islamique « ASIMI » qui a permis l’élaboration et la diffusion de cinq rapports pays sur le Qatar, ainsi que le projet TAFAHUM pour l’échange d’étudiants et d’enseignants entre les universités du monde islamique qui a jeté les bases pour la promotion et  le renforcement de la coopération entre les universités concernées en vue d’assurer la convergence de leurs efforts, de mutualiser leurs moyens et de partager leurs expériences réussies.

Mme la Ministre a ajouté que la Conférence a adopté la déclaration de Rabat sur le développement de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans le monde islamique, dans laquelle les Etats membres sont appelés à faire profiter les autres membres de leurs expériences réussies, à renforcer la coopération avec les organisations arabes, islamiques et internationales spécialisées  et à profiter de leurs expériences et expertises dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. La déclaration incite également ces Etats  à coordonner leur action en vue d’éviter les doubles emplois et les répétitions lors de la conception et de la mise en œuvre de programmes et projets par les pays membres dans ce domaine.

Avant de passer le relais à Mme la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de la République du Mali pour la présidence de la 8ème Conférence, Mme la Ministre a loué les efforts déployés par l’ISESCO en vue de renforcer les liens de coopération entre les universités du monde islamique, d’une part, et entre ces universités et les organisations régionales et internationales dans un éventail de domaines en relation avec l’enseignement Supérieur et la Recherche Scientifique, d’autre part, et visant également à fructifier la coopération entre les enseignants des universités du monde islamique et à encourager les activités communes entre les étudiants.